Mouton de Karakul


PHOTO: IFPRI- IMAGES / Flickr

Utilisation: La laine Karakul est un support idéal pour le tissage de tapis fins et de couvertures de selle ainsi que pour le feutrage. Bien que n'étant pas de la viande de mouton en soi, la chair de Karakul est maigre, de texture fine et savoureuse.

L'histoire: Les moutons Karakul à queue grasse sont l’une des races les plus anciennes du monde. Des preuves archéologiques suggèrent qu'ils ont été élevés pour leur peau au Moyen-Orient dès 1400 avant JC. Le feutre de Karakul a été façonné en habitations appelées yourtes depuis 400 av. et les tapis persans depuis au moins 500 av. Le nom de la race est dérivé de Qara Qul, qui signifie «lac noir» dans plusieurs langues turques, probablement d'après un ancien village du même nom dans l'ancien émirat de Boukhara situé dans l'actuel Ouzbékistan. Les moutons Karakul étaient (et sont) gardés dans toute la région pour le lait, la viande, le suif et la laine, mais surtout pour les peaux de leurs agneaux fœtaux et nouveau-nés. En raison d'un gène noir dominant dans cette race, la plupart des agneaux naissent avec un pelage noir charbon. Pour «récolter» des peaux à motif moiré à large queue (karakulcha), les brebis gestantes sont abattues et leurs agneaux fœtaux dépouillés; Les peaux d'agneau persan aux boucles aplaties proviennent de nouveau-nés de moins de trois jours (pour une discussion sur la production de moutons et de peaux de Karakul, téléchargez «Karakul Sheep and Lamb Slaughter for the Fur Trade». Les Karakuls ont été importés aux États-Unis entre 1908 et 1929 dans un effort pour produire de l'agneau persan domestique; cependant, les producteurs de peaux américains ont infusé le sang d'autres races au point que les peaux qu'ils produisaient manquaient de valeur et l'expérience a ensuite été abandonnée. Alors que le Karakul du Moyen-Orient est assez abondant (il existe estimé à quatre millions rien qu'en Ouzbékistan), le Karakul américain est inscrit sur la liste des priorités de conservation de l'American Livestock Breeds Conservancy en tant que race menacée («Moins de 1 000 enregistrements annuels aux États-Unis et une population mondiale estimée à moins de 5 000»). nécessaire.

Conformation: Le Karakul est un mouton à grosse queue qui dépose de la graisse dans la partie supérieure de sa queue comme haie contre la famine, toujours une possibilité dans le climat rigoureux dans lequel il a évolué. Son molleton à longues agrafes (six à 12 pouces) et à faible teneur en graisse va de la texture soyeuse à la texture grossière; certains Karakuls ont une double couche, d'autres non. Les agneaux nouveau-nés sont généralement à dos de charbon, mais la plupart des Karakuls changent, en vieillissant, pour des teintes aussi diverses que le bleu argenté, le gris, le bronzage doré et le brun rougeâtre, le blanc et le pied. Les Karakuls sont des moutons grands et étroits avec de longs corps; les brebis pèsent de 100 à 150 livres, tandis que les béliers de 175 à 225 livres. Les béliers peuvent être pollués ou cornus; les brebis sont généralement sans cornes. Certains moutons Karakul ont même des caroncules!

Considérations spéciales / Notes: Les moutons Karakul ont une longue durée de vie, sont extrêmement robustes et, à couvert sec, ils s'adaptent bien aux extrêmes de chaleur et de froid. Ils sont résistants à la pourriture des pieds et aux vers. Les brebis Karakul produisent généralement un seul agneau, mais ce sont des mères attentives et farouchement protectrices, ce qui se traduit par un taux de survie élevé des agneaux. Un bonus: les Karakuls se reproduisent hors saison, il est donc possible que les brebis agneau trois fois en seulement deux ans.


Voir la vidéo: Vizita Ministrul Agriculturii, ferma Harsianu, oi Suffolk


Article Précédent

Le secret pour obtenir la meilleure récolte de coriandre jamais vue

Article Suivant

Carence en vitamine A chez les poulets