Soins du bétail: aidez votre bétail à éviter les coups de soleil


PHOTO: Dr Anthony Knight


Q: Une de mes vaches semble avoir de graves coups de soleil et sa peau se décolle. Que puis-je faire?

UNE: Votre vache souffre d'un type de photosensibilisation aux coups de soleil. Cette affection cutanée grave affecte généralement la peau non pigmentée comme les zones blanches sur l'animal ou le bétail à la peau claire. La peau noire est moins affectée car elle est plus protégée contre les rayons du soleil. La peau non pigmentée meurt et se mouille parce que les dommages sont beaucoup plus profonds qu'un coup de soleil ordinaire qui n'affecte que les couches supérieures.

Les pigments des plantes que la vache mange sont à l'origine de cette maladie. Si ceux-ci pénètrent dans le sang et se déplacent vers la peau, les dommages se produisent lorsque la lumière du soleil provoque la fluorescence des pigments et «brûle» la peau non pigmentée.

Chez les bovins, cette hyperréactivité de la peau aux rayons ultraviolets du soleil signale souvent une maladie hépatique induite par le fourrage (dans laquelle le problème cutané est secondaire). C'est encore plus grave. Le foie est un filtre, filtrant et éliminant les substances nocives. Si le foie ne peut pas filtrer les pigments végétaux, ces pigments pénètrent dans la circulation sanguine, se déplacent vers la peau et réagissent avec la lumière du soleil pour former ce coup de soleil bovin.

La photosensibilisation peut être une condition primaire si une vache en bonne santé mange certaines plantes contenant un composé photo-sensibilisant appelé phylloérythrine. Quelques plantes, dont le sarrasin, la smartweed et le millepertuis, contiennent ces composés photoréactifs. Le sarrasin est parfois utilisé comme céréale, et le bétail l'aime. Les autres plantes photosensibilisantes sont considérées comme des mauvaises herbes.

Une photosensibilisation primaire peut également se produire si les bovins sont placés dans des pâturages de légumineuses vertes luxuriantes (luzerne, trèfle à pattes d’oiseau, cicer milkvetch) ou nourris avec du foin de luzerne à feuilles vertes, surtout s’ils ont déjà été sur du foin ou des pâturages de mauvaise qualité. Les plantes vertes ont tellement de chlorophylle qu'elles surchargent le foie d'une bouffée de phylloérythrine qui produit la photosensibilisation. Une photosensibilisation primaire peut se produire lorsque le bétail passe soudainement d'un aliment plus sec à un aliment vert luxuriant. Plus ils mangent les plantes incriminées, plus les coups de soleil se produisent. Si le bétail est exposé au soleil sans aucune ombre, cela peut devenir une brûlure de pleine épaisseur.

Une fois retirées du fourrage ou du pâturage incriminées et protégées du soleil (et nourries avec du foin non légumineux), les vaches atteintes peuvent se remettre complètement du coup de soleil - avec une nouvelle peau qui pousse - sur une période de plusieurs semaines, si le foie n'est pas endommagé.

Si votre vache montre des signes de photosensibilisation, évitez-la du soleil et retirez-la de la nourriture qui a causé le problème, puis traitez l'inflammation et toute infection secondaire. Mettez la vache dans une grange et laissez-la paître la nuit.

Si la peau est gravement craquelée / croustillante à cause du coup de soleil ou si elle se détache et laisse des zones crues, éloignez les mouches ou les asticots vont bientôt habiter ces zones. Vous pourriez avoir besoin d'une pommade antibiotique pour prévenir une infection bactérienne. Si son pis et ses trayons sont affectés, la traite ou l'allaitement d'un veau sera douloureux. Vous devrez peut-être appliquer des onguents apaisants sur les zones brutes.

Un vétérinaire peut dire si la photosensibilisation est primaire ou secondaire. En général, si un animal présente une photosensibilisation sévère secondaire à des lésions hépatiques, le pronostic est mauvais. Il n'existe pas de traitement efficace pour les lésions hépatiques graves et l'animal finira par mourir. Dans les deux cas, vous devriez enquêter sur ce que la vache a mangé et retirer cet aliment de son alimentation ou retirer les mauvaises herbes toxiques ou les plantes photosensibilisantes de vos pâturages pour éviter que cela ne se reproduise.

Cette histoire a été initialement publiée dans le numéro de juillet / août 2018 de Fermes de loisirs.


Voir la vidéo: NCCR SwissMAP - Introduction to Statistical Mechanics 1


Article Précédent

Comment imperméabiliser un iPhone

Article Suivant

Monsanto sur les OGM, le Roundup et la durabilité