5 races de bétail inhabituelles à envisager d'élever


PHOTO: Marissa DiLoreto / Ferme Fading D

Le bétail exotique et inhabituel fait des incursions dans les petites exploitations aux États-Unis. En fonction de vos pratiques agricoles, de votre intérêt pour les sources de revenus et de la disponibilité de l'espace, chacun a des avantages distincts à offrir. Découvrez ces cinq races domestiques différentes.

1. Buffle d'eau américain

Le buffle d'eau américain (photo ci-dessus) a trois fonctions dans les fermes: les animaux de trait, la production de viande et la production laitière. Des systèmes de digestion hautement adaptables rendent ces animaux plus efficaces que les bovins de boucherie. Ils peuvent prospérer avec un fourrage de qualité inférieure, résistent aux parasites et vivent entre 18 et 25 ans. Les femelles ont peu de difficultés à vêler. Amical par nature, le buffle d'eau américain peut être licol dès son plus jeune âge.


Les tendances

La production de viande nécessite de garder les animaux plus longtemps que les vaches de boucherie. Le buffle d’eau n’atteint pas le poids du marché avant l’âge de 24 à 32 mois (8 à 12 mois de plus que le bœuf), ce qui entraîne un coût par livre plus élevé. La viande de buffle d'eau est exceptionnelle: elle contient plus de protéines, de vitamines et de minéraux que le bœuf. C'est aussi plus savoureux.

La production de lait est beaucoup moins élevée chez le buffle d'eau que chez les vaches, donc pour capturer le plus de lait, David DiLoreto, propriétaire de Fading D Farms, utilise une méthode au seau plutôt qu'un pipeline. Les femelles produisent 15 livres de lait par jour, contre 80 livres par jour pour une vache Holstein. Le lait de bufflonne contient 30 pour cent de protéines en plus et une teneur en matière grasse de 6 à 9 pour cent, ce qui se traduit par un rendement plus élevé pour le fromage par livre de lait. Dans l'ensemble, cependant, le coût de production est beaucoup plus élevé que l'utilisation du lait d'une vache laitière.

Les ventes de viande et de produits laitiers peuvent nécessiter plus de temps pour établir des relations et comprendre la saveur et la valeur. Les restaurants sont de bons clients lorsqu'il s'agit de vendre des produits de buffle d'eau.

La gestion

Selon David DiLoreto, propriétaire de Fading D Farms à Salisbury, en Caroline du Nord, la gestion du buffle d'eau comprend la planification. «Tout ce qu'ils peuvent casser, ils le feront», dit-il. Ils nécessitent un équipement robuste qui ne soit pas facilement poussé ou construit de manière à ce que les cornes puissent s’enchevêtrer. Les clôtures électriques sont efficaces pour contenir le buffle d'eau.

Équipement et sécurité

Les buffles d'eau matures atteignent des poids de 1 300 à 1 900 livres et causent du compactage ou des dommages dans les zones humides des pâturages. Pour une rotation des pâturages gérée de manière intensive, 1 1⁄2 acre par buffle est suffisant pour produire suffisamment de fourrage par temps chaud.

Un abri d'hiver est nécessaire pour les buffles d'eau de moins de 3 ans, lorsque les animaux n'ont pas encore accumulé de réserves de graisse corporelle. En revanche, les buffles d'eau matures sont sensibles à la chaleur en raison de leur épaisse peau noire, ce qui nécessite un accès à l'eau ou à la boue pour qu'ils puissent se refroidir. Le buffle d'eau a besoin de beaucoup d'eau potable propre, ainsi que d'eau ou de boue pour se vautrer.

Les buffles d'eau sont très territoriaux, de sorte que les exploitations laitières nécessitent des stalles de traite en tandem plutôt que des stalles à chevrons. Dans une configuration à chevrons, le premier animal à l'intérieur empêche les autres d'entrer dans la salle de traite.

Ces grands animaux doux présentent des risques pour les humains à maturité. Ils jouent en poussant la tête, peuvent facilement se méfier de nouvelles choses et, en tant que troupeau, peuvent devenir dangereux lorsqu'ils sont effrayés. Ils doivent être traités avec prudence et respect.

Les coûts de démarrage

Une exploitation laitière de buffles d'eau coûte plus cher à lancer qu'une opération de production de viande. Les laiteries nécessitent des cuves de vrac, des cuves de traitement, des équipements de production de fromage, des chambres froides et des chambres de vieillissement à température contrôlée. De plus, la production laitière nécessite l'accès à beaucoup d'eau chauffée à 180 degrés Fahrenheit. DiLoreto dit que la modernisation d'une grange pour la production laitière peut coûter jusqu'à 100 000 $ pour répondre aux exigences du code pour la vente de produits laitiers.

Tous les buffles d'eau, en raison de leur taille et de leur poids, peuvent être durs pour le matériel agricole. Ils ont besoin de conteneurs d'eau robustes, de panneaux de corral et de mangeoires. Ils sont également très intelligents, et DiLoreto dit que les animaux semblent passer toute la journée à réfléchir à la façon de déjouer leurs humains.

2. Yak

Membres de la famille bovine (Bos grunniens), les yacks sont de gros animaux élevés pour la viande, le lait et les fibres. Ils sont également gardés comme bêtes de somme. Ces animaux ont des cornes de guidon, des queues de cheval, des bosses d'épaule et des manteaux hirsutes qui atteignent presque le sol. Les vaches pèsent de 600 à 800 livres, tandis que les taureaux peuvent atteindre 1200 à 1600 livres ou plus. Les veaux pèsent environ 30 livres à la naissance. Yak peut vivre 20 ans ou plus.

Lawrence G. Richards élève des yaks depuis 1988 dans son ranch de yak tibétain Living Diamonds à Polson, Montana. En 1992, il fonde l'International Yak Association lors d'une vente de production dans son ranch.

«Nous avons pris un animal qui était relativement obscur en Amérique du Nord et l'avons porté à un niveau modeste de notoriété nationale», dit Richards. IYAK compte maintenant plus de 200 membres. Richards, qui élève plus de 70 yaks sur sa ferme de 40 acres et un certain nombre de pâturages d'été loués, dit que les yaks sont parfaitement adaptés aux petites exploitations agricoles. Les petits pâturages de 5 à 20 acres et le contact humain étroit ont un impact merveilleux sur leur disposition. Richards appelle cela l'humanisation.

Szabolcs Mandy élève des yaks à Mandy’s Farm dans le comté de Delaware, New York. Il explique que les yacks possèdent trois couches de fibres. «La couche extérieure, qui est imperméable à l'eau, peut être utilisée pour fabriquer des tapis et des rênes de cheval», dit-il. «La couche intermédiaire peut être utilisée pour des manteaux ou des pulls.» Cependant, le manteau intérieur ou le duvet peut rivaliser avec les fibres les plus fines telles que celles des moutons mérinos ou des chèvres cachemire. Il note également que la viande de yack est aussi maigre que la poitrine de dinde, légèrement sucrée et contient beaucoup de cholestérol HDL (c'est-à-dire bon) et d'oméga-3.

Les tendances

La fibre de yak est parmi les races exotiques les plus durables et les plus diversifiées. Le yak perd naturellement son pelage duveteux, qui peut être récolté par brossage au printemps et au début de l'été. La valeur de la fibre de yack est une toute nouvelle proposition en termes d'utilisations et de développement de produits.

Le duvet de yak est aussi fin que le bœuf musqué qiviut, mais il est de courte longueur de base, il est donc généralement mélangé avec de la laine mérinos ou de la fibre d'alpaga. Le fil résultant fait de beaux articles vestimentaires qui commandent des prix élevés.
La viande de yack a des valeurs nutritionnelles similaires à celles du bison ou du bœuf nourri à l'herbe. La viande de yack se vend entre 7 et 10 dollars la livre. On le trouve actuellement dans les boucheries et les restaurants spécialisés, il a une popularité croissante, surtout auprès de ceux qui cherchent à enrichir leur régime paléo.

Selon Lawrence G. Richards de Living Diamonds Tibetan Yak Ranch à Polson, Montana, les hamburgers de yak sont considérés comme les meilleurs au monde et peuvent dominer les marchés fermiers. Le lait de yack est riche en matière grasse (6 à 11 pour cent), c'est donc une excellente ressource pour le beurre, le fromage et le yogourt.

La gestion

Résistants au froid et aux maladies, les yaks sont considérés comme faciles à garder. Ils peuvent chercher des herbes en liberté à l'intérieur d'une clôture en fil de fer à cinq brins; cependant, les bébés peuvent s'endormir sous le fil et se réveiller à l'extérieur de la clôture, donc là où les bébés sont enfermés, une clôture de champ en fil de fer tissé est préférable. Ce bétail se porte bien avec un régime nourri à l'herbe donnant des produits maigres et savoureux. Les yaks ne se débrouillent pas bien dans les climats chauds et humides, mais peuvent tolérer les mois d'été dans les zones où ils ont accès à de l'ombre et à de l'eau potable fraîche et propre.

Équipement et sécurité

Les yacks ont un fort instinct de troupeau et réussissent bien en petits groupes. Dès leur plus jeune âge, les vaches et les bouvillons peuvent être manipulés et formés en vue de la traite ou du service en tant que bêtes de somme. Les yaks sont des kickers précis, donc la socialisation précoce est également une fonction de sécurité essentielle. Mandy met l’accent sur la sécurité en étant près des cornes des Yaks: «Les Yaks ne sont pas agressifs, mais quand ils secouent la tête, il vaut mieux reculer.»

Les coûts de démarrage

Les prix du yak peuvent varier en fonction de la production de laine et du tempérament. Les animaux Woollier peuvent commander des prix plus élevés. Le prix varie de 1 500 $ à plus de 10 000 $.

3. Elk

L'une des plus grandes espèces de la famille des cerfs, le wapiti était autrefois des mammifères naturellement présents dans une grande partie de l'hémisphère nord. Aussi appelé wapiti et cerf élaphe, le wapiti n’a pas été élevé dans le pays ou dans le commerce en Amérique du Nord avant les années 1960. Les stocks de wapitis modernes proviennent d'éleveurs privés; les animaux sont devenus plus gros et plus dociles grâce à des pratiques d'élevage stratégiques.

Comparé au bétail, le wapiti est un bétail nécessitant peu d'entretien. Ils sont robustes et mangent tout ce qu'ils peuvent fourrager, y compris l'écorce des arbres, les feuilles et les arbustes. Broutant sur les herbes d'été, les animaux accumulent des réserves de graisse pour l'hiver. La luzerne verte et les céréales sont des compléments à une alimentation saine.

Pendant des siècles, le bois de velours (le bois avant qu'il ne commence à se calcifier) ​​a été une ressource importante dans la production de médicaments chinois. On dit que le velours soutient la santé, améliore l'énergie et l'endurance globales, améliore la santé des articulations et soutient le système immunitaire. À partir de l'âge de 2 ans, chaque élan taureau produit annuellement environ 9 livres de velours, qui est récolté par intervention chirurgicale. À mesure que l'animal vieillit, il produit de plus en plus de velours, de sorte qu'un taureau de 7 à 8 ans produit jusqu'à 30 à 40 livres de velours par an.

Les tendances

Selon la North American Elk Breeders Association, le wapiti offre un potentiel de revenus grâce aux reproducteurs, à la production de bois et de velours et à la viande, en plus du gibier pour les ranchs de chasse. La viande de wapiti offre une alternative saine et faible en gras à la viande rouge. De plus en plus de restaurants en proposent et, dans certaines régions, la viande d'élan peut être achetée sur les marchés fermiers et dans les petites boucheries spécialisées.

La gestion

Les besoins en espace pour les élans diffèrent des vaches de boucherie. Deux ou trois élans peuvent facilement vivre dans la même quantité d'espace nécessaire pour un seul bouvillon. Les wapitis consomment environ 2 à 3 pour cent de leur poids corporel par jour. Selon la North American Elk Breeders Association, les wapitis ont besoin d'un supplément de foin pendant l'hiver ainsi que d'une routine riche en vitamines et minéraux avant la reproduction, le vêlage et la récolte de velours. Les frais d'alimentation varient de 150 $ à 300 $ par an par animal adulte selon le sol et les prix du foin supplémentaire.

Équipement et sécurité

Les élans ont besoin de beaucoup plus de clôtures que les bovins de boucherie. Les taureaux pèsent généralement entre 800 et 1000 livres, tandis que les vaches pèsent entre 450 et 650 livres. Ces gros animaux ont besoin de clôtures de 8 pieds de haut ainsi que de stations d'alimentation. Les pâturages clôturés et les étables nécessitent des enclos de rétention et l'utilisation de barrières à pression spécialement conçues pour les élans, car ces animaux ne sont généralement pas manipulés par contact direct.

Les coûts de démarrage

Pour ceux qui ont un terrain, les coûts de démarrage varient en fonction de facteurs tels que la construction des clôtures et des installations nécessaires. Les coûts de clôture sont supérieurs à ceux des bovins de boucherie, étant donné la hauteur et la force nécessaires pour tenir et déplacer ce gros bétail. Les prix des animaux reproducteurs varient également, mais un bon taureau avec une capacité démontrée à la production de velours coûtera de 8 000 $ à 10 000 $, tandis qu'une femelle enceinte garantie coûtera 7 500 $ à 10 000 $. Une jeune génisse se vend entre 4 000 et 6 000 dollars.

4. Alpaga

Domestiqués plus longtemps que les moutons et les bovins, les alpagas sont originaires d'Amérique du Sud où ils ont été élevés pour leur fibre, qui était utilisée pour les vêtements. Les alpagas ont gagné en popularité aux États-Unis au début des années 1980.

Il existe deux races d'alpaga: Huacaya et Suri. Les huacayas sont plus courants en raison de leur polaire moelleuse et crêpée et de leur apparence d'ours en peluche. Les Suris cultivent une toison soyeuse qui drape gracieusement, mais cette race ne représente qu'environ 10% de la population d'alpagas des États-Unis.

Les alpagas vivent de 15 à 20 ans et pèsent entre 100 et 200 livres. Ce sont des animaux dociles et aux manières douces qui donnent parfois des coups de pied arrière.

Les tendances

Chaque animal produit de 5 à 8 livres de fibres utilisables par an. Les alpagas sont tondus chaque printemps et une partie de la toison est inutilisable. Certaines personnes vendent la toison directement de l'animal tandis que d'autres préparent la toison en la cardant en mèches ou en créant des fils. Certains polaires sont vendus comme produits finis, comme des mitaines, des chapeaux, des pulls et des chaussettes. Les animaux se retrouvent dans 22 colorations ou marquages ​​officiels, ce qui rend la toison très intéressante pour les tisserands et les filateurs.

La gestion

Les alpagas vivent paisiblement en troupeaux, et 1 acre de pâturage peut supporter cinq ou six animaux, fournissant suffisamment d'herbe pour l'été. En hiver, l'alpaga est généralement nourri avec du foin de haute qualité. Chaque animal consomme 2 à 3 livres par jour. Une petite grange est suffisante pour offrir un accès nocturne ou par mauvais temps. Des clôtures sont nécessaires pour éloigner les prédateurs, comme les chiens et les coyotes, du troupeau.

En termes de nutrition, les alpagas prospèrent et produisent des fibres d'excellente qualité avec un régime de foin et de pâturage de haute qualité complété par des granulés formulés pour la race. Le poids et des examens fécaux réguliers pour rechercher des parasites sont essentiels dans la stratégie de gestion.

Équipement et sécurité

Tim Sheets, le propriétaire de Heritage Farms à Flora, Indiana, élève des alpagas. Il explique que les alpagas sont très entraînables. Vers l'âge de 6 mois, ils peuvent être manipulés, dressés et dirigés. La manipulation de ces animaux soutient leurs soins généraux. Les alpagas ne montrent pas de signes de maladie lorsqu'ils sont malades, vous pouvez donc mieux gérer les individus en les conduisant sur une balance à plate-forme pour qu'ils soient pesés régulièrement.

Les coûts de démarrage

Les coûts de démarrage varient en fonction du type d'alpaga et des objectifs pour les élever. Les périodes de gestation de l'alpaga sont de 11 mois et demi, et Sheets suggère d'acheter deux femelles élevées afin que dans les 6 à 7 mois, vous ayez une progéniture pour faire grandir votre troupeau. Un couple de femelles élevées peut coûter de 5 000 $ à 10 000 $.

De plus, le démarrage nécessitera une structure d'abri simple (2 500 $); fournitures telles que licols, plombs, seaux (200 $); du foin et 50 livres de nourriture (les animaux consommeront 1⁄2 livre par jour, donc cette quantité va assez loin); et des clôtures, qui peuvent coûter quelques dollars par pied carré, ainsi qu'une balance à plate-forme.

5. Emu

Deuxième plus grand oiseau incapable de voler, l'émeu est rapide, agile et capable de donner des coups de pied avec ses gros pieds à trois doigts. Les émeus atteignent environ 1,50 mètre de haut et pèsent 100 livres. Ils peuvent courir environ 30 mph, sont très territoriaux, en particulier pendant la saison de reproduction et peuvent vivre jusqu'à près de 20 ans. Les femelles pondent de gros œufs vert foncé qui pèsent un peu plus d'une livre.

Les tendances

La viande d'émeu est riche en fer, elle a donc toujours une couleur rouge cerise foncée. Il a un goût doux et se vend entre 6 et 10 $ la livre moulue ou 15 $ la livre pour le steak. La viande d'émeu a été répertoriée par l'American Heart Association comme une viande saine pour le cœur et il a été démontré qu'elle abaissait le cholestérol.

Les émeus sont également élevés pour l'huile produite à partir de leur graisse au moment de l'équarrissage. Les oiseaux sont
traitées entre 14 et 18 mois. Ils produisent environ 25 livres de viande et 25 livres supplémentaires de graisse, qui, une fois rendues, donnent 2 1⁄2 gallons d'huile. L'huile est très populaire pour des produits tels que les lotions, les crèmes pour le visage et les shampooings. L'huile d'émeu certifiée de catégorie A se vend entre 12 et 15 dollars l'once.

La gestion

Les émeus sont des brouteurs qui consomment de l'herbe et des insectes. Ils reçoivent également un mélange de céréales complémentaire formulé pour eux, qui comprend du maïs, du soja, de l'avoine de blé et de la luzerne. Les approches de gestion optimales comprennent une installation avec des enclos et des parcours fermés à travers lesquels transférer les oiseaux.

La gestion au jour le jour est plus facile que de nombreuses autres races de bétail. Avec les auto-alimentations, les oiseaux sont nourris une fois par jour au printemps (après la saison de ponte) et deux fois par jour pendant la saison de ponte. Un adulte mange en moyenne 1 livre de nourriture par jour, consommant parfois toute la nourriture et parfois très peu.

En règle générale, une paire d'oiseaux matures et deux ans de progéniture - une paire de 1 an et une paire de poussins - peuvent vivre confortablement sur 1 acre.

Équipement et sécurité

Les besoins en équipement comprennent des incubateurs, des humidificateurs, des couveuses et, pour les oiseaux matures, un système d'enclos avec des portes et des passages. Les gens manipulent les émeus par derrière, utilisant leurs ailes courtes comme guidon pour la direction; une corde de plomb sur la poitrine et sous les ailes est une autre option. Bien que faciles à vivre, les oiseaux ne sont généralement pas manipulés mais transférés à travers des enclos et des passages.

Les coûts de démarrage

En plus de l'équipement spécialisé, les poussins peuvent être achetés pour 50 $ à 150 $ ou plus pour un poussin d'une semaine. Selon la région, les poussins sont très demandés et peuvent être difficiles à trouver.

Explorer chaque race plus en profondeur vous aidera à déterminer celle qui convient le mieux à votre exploitation agricole. Vous pouvez en savoir plus en trouvant une ferme qui conserve les exotiques qui vous intéressent. La plupart des agriculteurs exotiques sont heureux de partager des informations, leur expertise et leurs expériences, ainsi que des ressources pour commencer.

Cette histoire a été initialement publiée dans le numéro de juillet / août 2018 de Fermes de loisirs.

Listes de balises


Voir la vidéo: Fappo Ferme Agropastorale de Pout, Bastion dun élevage Moderne ex.


Article Précédent

Plus d'irrigation, moins de pluie

Article Suivant

Trempette épicée à la citrouille